Projet Itinérance : Land Art

Projet Itinérance : Land Art

  • Itinérance : Land Art 

          Toute l’année

land-art

Le Projet Itinérances propose d’aller à la rencontre de gens, de lieux, d’environnements et de pratiques innovantes telles que le Land Art…

« C’est dans l’air du temps: Pour mieux se rencontrer, soyons itinérants, nomades, fédérons, mutualisons, partageons les espaces, les savoirs, les expériences, les vues d’esprits… »

Les Objectifs :

° Se familiariser avec un courant artistique contemporain.

° Etablir un lien sensible avec la nature, découvrir ou créer des similitudes entre les formes, matériaux, couleurs …
° Développer sa créativité, son imagination.
° Favoriser la rencontre au travers d’activités en groupe. (Mixité des groupes) Chacun étant ressource de l’autre en mobilisant ses capacités et ses connaissances et permettant de réels moments d’échange en retrouvant une âme d’enfant.
° Prendre conscience de la notion de paysage, découverte sensorielle de l’environnement, apprendre à observer

° Sensibiliser à l’environnement immédiat et à la part de nature qui le compose.
° Réfléchir à l’action des phénomènes naturels (érosion, action du vent…) et des cycles de la nature (croissance, biodégradation, saisons…).

° Explorer des espaces, des lieux. Étudier leurs spécificités et leurs transformations au fil du temps, constater les changements. (Photos témoins)

Participants :

° Adhérents de l’association Ensemble (Gems, résidences, Saad, Lotus…)

° Toutes personnes intéressées par la démarche

° Professionnels de l’association Ensemble

° Administrateurs de l’association Ensemble

 Partenaires :

° Le conseil départemental

° La maison des paysages, Sion

 

“Avec le Land Art, nous avons créé des œuvres d’art dans la nature à partir d’éléments naturels. Elles vont vivre au rythme des intempéries et sont destinées aux passants qui les découvriront notamment à la fête de samedi 25 juin. Nous avons créé avec des enfants pour inspirer voire émerveiller les passants qui pourraient poursuivre notre œuvre.” A.

sion-8

“Le Land Art a attisé ma curiosité. Quand j’ai su qu’on pouvait créer des œuvres d’art avec la nature, j’ai trouvé l’idée très intéressante. J’ai participé à l’activité parce que le lien entre l’Homme et la nature par rapport à l’Art, permet de retourner à nos sources, nos origines… C’est la principale raison pour laquelle nous étions motivés par ce projet. J’ai réalisé des photos pour immortaliser les œuvres réalisées, pour également voir l’évolution des œuvres avec le temps, la météo. J’ai également réalisé un appareil photo avec d’autres personnes, avec des cailloux et des branches d’arbres, ainsi que de la sciure pour faire le lien entre la photo/vidéo et le Land Art. C’est une expérience très enrichissante, par rapport au retour aux sources.“B.

sion-4

« L’atelier photo/vidéo : on était un petit groupe de 7 personnes à photographier, prendre des vidéos et le son des artistes qui étaient sur place pour créer des œuvres à Bertrichamps  durant 3 jours. J’ai participé à cet atelier car tout ce qui concerne la photo, la vidéo et la prise de son, c’est quelque chose que j’aime bien. On a eu une petite formation dans l’atelier pour savoir comment utiliser le matériel. Quand le jour j arriva, j’étais à la prise de son et ça m’a beaucoup plu. Car déjà tout petit, je m’intéressais à tout ça, je voulais faire des études pour devenir ingénieur du son. Aujourd’hui, je suis technicien en informatique mais ça ne m’empêche pas de manipuler des vidéos, du son et des photos sur ordinateur. Pour moi, c’est un petit plus d’avoir fait des études dans l’informatique. Après le travail que l’on a fait à Bertrichamps, par petits groupes de 2 ou 3, on doit faire le tri des prises. C’est un travail très long pour faire un film, et le projeter un peu plus tard une fois que le montage est fini. C’est une expérience enrichissante pour moi, j’aime bien cet atelier. Et je continuerai à participer aux autres projets de cet atelier.” S

bertrichamps-lequipe-video

« Lorsque Les Amarres ont parlé d’un projet Vidéo, je me suis inscrite sans hésiter. Nous sommes une très bonne équipe, et Arnaud a bien expliqué le bon fonctionnement des appareils son, photo, vidéo, tout ce qui fait l’ensemble des reporters. Un matin, nous avons été au parc Godron faire des essais et plusieurs réunions pour se distribuer les rôles. Comme le thème de ce reportage est la Nature au travers des oeuvres Land Art, pour moi, c’était encore plus passionnant. Le premier jour à Bertrichamps, matériel embarqué dans la voiture, sous la pluie, l’ambiance était super bonne, tout le monde participait, même l’orage a joué le jeu. certains les pieds dans la boue, cachés sous des sacs poubelle en guise de protection, nous avons tenu bon; les autres jours le soleil était eu rendez vous, il voulait lui aussi participé aux créations. J’ai adoré cette activité avec ces excellentes compagnies et ses bons moments »A.

les-participants-autour-de-leur-oeuvre-ephemere-1472033171

Article paru dans l’Est Républicain :

Mardi, la Cité des Paysages s’est enrichie de l’œuvre éphémère créée par une vingtaine de membres de l’association Ensemble sous la houlette de leur encadrante Alexandrine Cremel, avec les conseils de l’artiste-plasticienne Elisabeth Erquel. Le thème retenu : la chauve-souris.

Une journée précédée d’un temps de découverte de l’environnement de la chauve-souris, le site de Sion abritant une intéressante colonie de petits rhinolophes, mais aussi par une quête de différents éléments naturels qu’offre le site, en particulier le Jardin-Verger. Ainsi ont été collectés des gravillons, de la terre, des branches, des pommes de sapins.

« Chacun devait ensuite apporter son idée et travailler sur la réverbération des miroirs de la sculpture monumentale polyèdre créée par Coralie Bugnazet, artiste marseillaise » explique Elisabeth Erquel. Pour arriver ce mardi matin, avec brouettes et plan en main, et une dose de bonne volonté, chacun apportant sa pierre à l’élaboration du land’art. En fin d’après-midi, les visiteurs pouvaient apprécier la qualité de la création que les participants ont baptisée « De l’infiniment petit à l’infiniment grand ». D’un côté, la voûte céleste constellée d’étoiles, de l’autre, le milieu des chauves-souris plus vraies que nature. Pour garder une trace, un groupe vidéo photographiait les différents moments de l’animation.

« Travailler avec les éléments naturels me plaît bien, d’autant plus que c’est la création d’un groupe où chacun s’est senti acteur » confie Yvette, adhérente de l’association Ensemble.

Le fruit du travail du collectif sera exposé ce jeudi 25 août, à la fête « Vivre la bat’cité » et de la nuit de la chauve-souris ; animations organisées par la Cité des Paysages site de Sion dans le cadre du Festival Sauvage et de la Nuit européenne de la chauve-souris.

bertrichamps-4